TOMOGRAPHIE À COHÉRENCE OPTIQUE (OCT)

La Tomographie en Cohérence Optique ( EN anglais OCT – Optical Coherence Tomography), permet d’obtenir en quelques secondes, et de façon non invasive, des images de l’œil en coupe des structures oculaires. Pour cela , l'appareil utilise de la lumière infra-rouge qui est complètement inoffensive pour l'oeil. Il permet des images de la cornée, de la chambre antérieure, et de l’angle irido cornéen, du nerf optique et de la rétine.

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT

La tomographie en cohérence optique est une technique d'imagerie médicale bien établie qui utilise une onde lumineuse pour capturer des images tridimensionnelles d'un matériau qui diffuse la lumière (par exemple un tissu biologique), avec une résolution de l'ordre du micromètre (1 µm). La tomographie en cohérence optique est basée sur une technique interférométrique à faible cohérence, utilisant habituellement une lumière dans l'infrarouge proche. En effet, l'absorption de lumière des tissus biologiques imagés est limitée dans cette gamme de longueur d'onde, ce qui permet de pénétrer jusqu'à environ 1 mm.

OCT Optic Cohérence Tomography Examen de la rétine Dr Franck Lalloum Levallois

Cette technique se situe ainsi à mi-chemin entre l'échographie par ultrasons (résolution 150 µm, pénétration 10 cm) et la microscopie confocale (résolution 0,5 µm, pénétration 200 µm).
La tomographie en cohérence optique atteint une résolution inférieure au micromètre. L’imagerie des tissus biologiques, en particulier de l’œil humain, a été le travail de beaucoup de groupes de recherche dans le monde. Débutant avec l’interférométrie en lumière blanche pour des mesures oculaires sur l’œil « in vivo », la première image « in vivo » du fond d’œil humain selon une coupe méridionale a été présentée pour la première fois à la conférence ICO-15 SAT en 1990. 

Développée plus en détail pendant l’année 1990 par Naohiro Tanno, alors professeur à Yamagata University, et en particulier depuis 1991 par l'équipe de Huang, dans le laboratoire du Prof. James Fujimoto du Massachusetts Institute of Technology (MIT), l’OCT apportant une résolution micrométrique et une capacité d'imagerie transversale est devenue une technique prédominante en recherche biomédicale. Elle est particulièrement bien adaptée aux applications ophtalmiques et a l’imagerie des tissus qui nécessitent une résolution micrométrique et une pénétration sur plusieurs millimètres de profondeur.

Les premières images OCT « in vivo » (traitant de structures rétiniennes) ont été publiées en 1993.

Les caractéristiques clés de l’OCT sont :

- imagerie en temps réel de zones peu profondes avec une résolution proche du micrométrique 

- imagerie directe et instantanée de la morphologie du tissu biologique 

- aucune préparation préalable de l’échantillon imagé 

- pas de rayonnements ionisants (comme en rayons X par exemple)

DEROULEMENT DE L'EXAMEN

L'examen OCT se déroule de la façon suivante : le patient est assis, le menton est placé sur une mentonnière et le front appuyé de façon à ce que le regard soit situé en face de l’objectif. L’œil fixe une image au centre de l’appareil, le plus souvent une croix. Lorsque la fixation n'est pas possible, il est possible sur la plupart des appareils d'allumer une lumière qui clignote à l'extérieur de l'objectif pour que le patient puisse la fixer avec son oeil controlatéral. La prise de clichés est effectuée successivement sur un œil, puis l’autre, et retransmise sur un écran. L'examen est indolore et non invasif. Il est possible de réaliser l'examen pupille dilaté ou non dilaté. Le patient peut être légèrement ébloui. L'opérateur peut vous demander de regarder dans différentes directions du regard afin de photographier différentes zones de la rétine. Cet examen peut être réalisé par un/une orthoptiste, par un/une optométriste ou par le médecin lui-même.